Ne nous trompons pas : Trump est un dangereux extrêmiste

Suite à l’élection de Trump, j’ai écouté différentes réactions.

Ce qu’on entends parfois, c’est :

  • Pourquoi pas ?
  • Laissons sa chance à un gars qui est pragmatique
  • C’est une bonne chose de changer un peu
  • Et pourquoi pas donner le pouvoir à autre chose qu’à des politiques professionnels.

On peut se dire  qu’entre ce que Donald Trump a dit pendant sa campagne et sa présidence, il peut y avoir de gros écarts. Le gars est clairement capable de dire n’importe quoi pour gagner les élections, mais ensuite, il fera peut être de bons choix ? Même Obama essaye de calmer le jeu en poussant cette idée.

Après une petite analyse, il m’apparait clairement que : non ! le choix n’est pas raisonnable, le gars est simplement un dangereux extrémiste, entourés de fanatiques rétrogrades.

Un peu de lecture ici vous donnera un bon exemple de la joyeuse bande de drille entourant Trump.

Le problème de mon point de vue n’est pas son manque d’expérience politique, mais l’entourage qu’il s’est choisi et qui traduit ses idées, son idéologie.

Le président de la plus grande puissance mondiale est donc, pour la première fois dans l’histoire, très proche d’idées fascistes.

Peut il en sortir du bien ? Non. Simplement non…

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pourquoi Apple fait il de si mauvais choix ?

Dans mon billet précédent, je suis allé directement à la conclusion : les ordinateurs Apple sont sur la fin.

Pourquoi suis-je arrivé à cette conclusion ?

Plusieurs raisons :

  • Apple n’a pas mis à jour les ordinateurs de bureaux, iMac ou MacPro, ou Mac Mini
  • Apple a fait des choix problématiques sur le seul ordinateur mis à jour : le Macbook Pro

Les choix problématiques sont :

  • Uniquement des ports USB-C
  • Prix trop élevés
  • Autonomie de la batterie en baisse
  • Encore mois de flexibilité avec le SSD soudé ou avec un nouveau format inconnu

Apple a su dans le passé bouleverser le marché, en faisant des choix audacieux.

Mais ce move là n’est pas raisonnable, il est théorique, débranché de la réalité : le port USB est devenu un standard mondial, utilisé par tous les appareils.

Retirer tous les ports USB, c’est donc nous obliger à acheter une brouette d’adaptateurs : pour le réseau, pour les appareils USB (y compris l’iPhone !), pour toute imprimante, …

Combinez ces différents paramètres : connectivité, autonomie, non évolutivité, et prix : vous comprenez que vous ne pouvez pas acheter cette machine : c’est un mauvais choix.

Ce gars là a fait des tests intéressant, à regarder avant d’acheter un macbook pro !

Alors quoi ? La question qui se pose est : comment Apple peut elle faire de tels erreurs ?

Je vous répondrais : et pourquoi pas 😉 ?

Les entreprises sont dirigés par des personnes, et « nobodies perfect ». Tout le monde peut faire des erreurs, y compris de grosses erreurs.

Et ne vous trompez pas : la taille des équipes n’y change rien. On a vu de très grosses boites faire de bien grosses erreurs.

Mon sentiment est qu’Apple essaye de suivre la direction impulsée par Ste Jobs, mais c’est juste impossible sans Steve Jobs !

Bon après c’est une boite extrêmement riche, ils peuvent analyser la situation, et corriger le tir. Je l’espère d’ailleurs… Mais autre chose que j’ai appris, c’est que quand ça va mal dans les boites, il y a un risque très élevé que les réactions soient très mauvaises. Pour pleins de raisons que je ne détaillerai pas dans ce billet, ça mériterait un autre article 😉

A suivre : au delà du pic des achats liés à la nouveauté tant attendue, on verra comment les ventes vont évoluer, et comment l’offre va évoluer.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Ordinateurs personnels : La théorie des cycles ?

Quelque soit le sujet, quand on suit les choses de près, on a une impression de relative stabilité, mais si on prend un peu de recul, c’est très différent…

Prenons un exemple : le marché des ordinateurs.

Depuis pas mal de temps les choses sont assez stables : il y a les PC et les MAC.

 

Mac versus PC

Mais cette situation est finalement pas si stable que ça. Dans les années 70, a la naissance de la micro informatique, il y avait des dizaines de type d’ordinateurs. Les Comodore, Amstrad, Synclair, … Apple a été le premier a vraiment dominer le marché, puis est arrivé l’IBM PC, rapidement copié par tous les fabriquants…

CPC Comodore

Il y a eu aussi la belle époque des ordinateurs Unix, dont Sun était l’un des piliers.

Il y a eu ensuite le moment ou Apple a perdu son mojo, et le monde s’est retrouvé dominé par les PC.

Et puis Steve Jobs est revenu chez Apple, a remis les équipes au travail. Le résultat a été de donner 20 ans de belle croissance aux ordinateurs MAC, qui ont repris du terrain.

Aujourd’hui, le sentiment partagé par pas mal de monde est que le MAC est plutôt dans un cycle descendant. Apple laisse mourir ses ordinateurs de bureaux, et propose des ordinateurs portables bien trop chers. On sent bien que Apple ne met plus beaucoup d’énergie sur le MAC. Les Macs, bien trop chers, qui n’évoluent plus beaucoup… on voit bien la direction que ça prend. Sans inflexion chez Apple, d’ici 10 ans, le Mac aura disparu.

Qui peut remplacer le Mac ?

Bien sûr certains utilisateurs n’utilisent plus un ordinateur : ils n’en ont pas besoin. Ils sont très heureux avec une tablette ou un smartphone.

Mais pour les autres, le monde va-t-il se réduire aux PC ?

Je pense que le Chromebook a ses chances : tout faire depuis le navigateur est une vrai option et le mode « connecté tout le temps » est de plus en plus une réalité.

Quelles peuvent être les alternatives ? Y-a-t-il de la place pour de nouveaux acteurs ?

Sinon j’imaginerais bien un nouveau constructeur, qui ferait de l’intégration verticale de qualité, avec un OS basé sur une bonne distribution Linux. Il y aurait un gros travail pour délivrer une expérience utilisateur satisfaisante… Crédible ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Ah ils sont fort ces communiquants

Je regardais cette vidéos de Beat :

Bon, il s’agit de vendre des casques.

C’est quoi un casque ? Un truc qu’on se met sur les oreilles, et qui vous isole.

Je n’ai pas de jugement par rapport à ça, s’isoler, c’est très bien 😉

Il y a quelque chose qui m’a marqué :

Que présente cette vidéo ? Des gens qui avec leur casque sont hyper connectés avec leur environnement.

C’est ça qui m’a impressionné… Jusqu’au père de famille qui s’occupe de son bébé avec son casque ! Trop fort.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Nouveau site pour target2sell.com

Nouveau site web pour www.target2sell.com :

target2Sell.com

Pour une boite comme la notre, un site web est très vite décalé.

L’ancien site avait 2 ans. En deux ans, tout à évolué : on a pleins de nouveaux clients, des nouveaux modules, on présente l’offre différemment, …

Donc avec Newquest, on s’est dit qu’il était plus simple de refaire.

Bien sûr ce n’est pas parfait, il reste des choses à affiner, mais l’essentiel est là :

Les différents modules sont bien présentés, dont le tri, exclusivité Target2Sell, breveté s’il vous plait 😉

Merci à tous, et à newquest en particulier.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Discussion passionnée ;)

On avait ce soir notre Advisory board, avec Thierry, Jérôme, Martin, Samuel, Pingki, et bien sûr Arnaud et Adrien.

Advisory board

Si au début on a bien parlé métier, la discussion c’est terminé, vers 1h du mat, sur une problématique très différente : la morale, la culture.

En gros, la question est : les valeurs des droits de l’homme sont elles universelles ?

Jérôme soutenait que non, ce sont des valeurs liés à notre culture, et qu’on n’a pas de raison de plaquer notre culture ou de l’imposer à d’autres.

Je n’étais pas d’accord, soutenant que la valeur morale était un élément fondamental, « non négociable ».

La discussion était super animée, et finalement, sur des sujets aussi sensibles, il est difficile de converger.

Mais l’échange est super riche, c’est passionnant d’essayer de comprendre le point de vue de l’autre, et de chercher LE bon argument, que bien évidemment on ne trouve pas.

Allez, on refait le monde quand ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Pourquoi n’y a-t-il pas d’Amazon Français ?

Mon humble réponse à cet article des Echos qui retrace la vie de quelques gros acteurs du ecommerce Français : Pixmania, Rueducommerce, CDiscount, Oscaro et Priceminister

L’analyse du journaliste, pour faire simple, c’est de dire que les finances n’ont pas suivies.

Peut être… Mais je pense qu’il y a une autre raison : la culture technique.

La force d’Amazon, c’est d’avoir monté un système d’information qui est une machine de guerre.

Le e-commerce, c’est du « techno-marketing ». Bien sûr, il faut savoir trouver les bons produits, savoir acheter, et savoir vendre… Il faut également s’approprier toute la culture spécifique du ecommerce, et ça fait un « gros morceau ».

Il faut intégrer les notions d’acquisition de trafic : SEO, SEM.

Il faut de plus développer une culture de la data : mettre en place les outils pour avoir de la donnée, et faire de l’analyse.

Mais il faut également avoir une vrai vision de l’urbanisme de son système d’information ecommerce…

C’est sur ce dernier point que, je pense, on pêche le plus.

La difficulté, c’est le passage à l’échelle.

Bien sûr, quand on démarre, il ne s’agit pas d’urbanisme. On prend des outils open source, quelques développeurs, et zou, on a un site en ligne.

Mais quand on doit traiter 100, 1000 commandes par jour, c’est une autre histoire.

Et si on veut de la croissance et de l’agilité, sans urbanisme, on est mort. Le système d’information devient une pieuvre incontrôlable, qui tient par « miracle » et que personne n’ose bouger.

ça coute de plus en plus cher à maintenir, les pannes sont de plus en plus fréquentes, et difficile à corriger…

Le problème ? Pas de vision ambitieuse de la plate forme. On bricole ce qui marche, à cout réduit. Ce qui a fait la réussite des débuts donne l’assurance qu’il faut continuer comme ça…

Alors oui, ça a bien un rapport avec les moyens financiers, mais pas uniquement.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Quel futur pour Apple ?

Apple a annoncé plusieurs nouveautés lors de la WWDC, toutes logicielles.

Quelques news. Avec les nouvelles versions des OS des produits, il va être possible de… :

  • Débloquer son mac avec son Apple Watch
  • Payer une commande en ligne, sur son mac, en utilisant le capteur d’empruntes digitales de l’iPhone ;
  • Faire un copier depuis l’iPad et un coller sur le mac.

Vous voyez ? Apple développe des scénarios ou, pour peu qu’on soit « multi équipé Apple », la vie est « meilleure ».

Cela ne crée de la valeur que pour la part des clients « multi équipés ». Quelle part cela représente ? 15% des clients ? Probablement pas beaucoup plus.

Alors, est-ce vraiment une bonne idée de mettre toute cette l’énergie pour un sous ensemble de clients ?

Cela va augmenter la complexité de l’ensemble, et ralentir (encore plus) le rythme d’évolution des différents produits.

Bref, je ne suis pas convaincu… Et vous ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Amazon met son moteur de recommandation en open source ? Vraiment ?

On peut lire ici ou qu’Amazon aurait mis en open source sa solution de recommandation.

Alors ça c’est un « move » impressionnant : des années de R&D, des milliards (je dis bien milliards) de $ d’investissements, tout ça versé en open source.

Le plus impressionnant, c’est que tout ça tient en 10 000 lignes de codes, dans un seul package, comprenant 10 fichiers !

Whaou ! Quelle incroyable performance !

Bon, évidemment, c’est une blague. La réalité est tout autre. Amazon n’a pas mis son moteur de recommandation en open source, mais a publié (ici) un algo de recommandation. La différence est la même qu’entre une roue et une voiture, ou entre un clou et une maison 😉

Le code est de plus en C++, il n’est donc pas du tout évident à récupérer…

Bref, c’est une fausse nouvelle. Cela prouve que notre métier (le e-marketing) est extrêmement imbriqué à la technologie, et qu’avant de transmettre une info, il faut un peu creuser, sinon, on dit n’importe quoi 😉

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Demain sera virtuel, vous en doutez encore ?

Voici une vidéo, que j’ai trouvé très impressionnante :

Ces masques et applications de réalité virtuelle vont être partout : dans l’art, les jeux, sans doute de nouvelles formes de fictions (cinéma immersif), et au travail avec la très belle démo de Microsoft :

Alors, prêt ?

Qui fera le premier le site de v-commerce ?

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn